Avertir le modérateur

  • Une Histoire Visuelle de Femme

    Pin it!

    goldstein.jpgTsila Goldstein revient pour sa deuxième exposition à la galerie Art’ Et Miss dans l’exposition « L’art au Féminin » en avril. Dans son exposition précédente, « La Dentellière », elle a exploré les rapports entre les femmes et leurs vêtements. Elle a exploré l’idée que les vêtements agissent comme une sorte de déguisement, une façon de cacher la femme dans son rôle social en tant que femme au foyer, la gardienne de sa famille. Les vêtements portent une notion d’oppression pour la femme ; ils cachent ses sentiments, ses réalités : son chagrin, sa douleur, sa déception. Goldstein a utilisé les textes sur le comportement propre des femmes pour faire avancer l’idée que la femme parfaite, la femme cultivée, heureuse, bien tenue, et bien élevé, n’est pas nécessairement réel. Mais, inspirée par « Une Chambre à Soi » de Virginia Woolf, elle cherche à mettre en balance l’idée que les vêtements sont les prisons avec l’idée que les femmes peuvent trouver un refuge. Les vêtements peuvent être un choix non pour être caché à la société, mais pour se cacher elle-même des autres, pour avoir un espace privé et intime pour elle-même.

    Pour l’exposition d’avril 2011, elle renonce à mettre en balance les obligations des femmes à leurs familles et à elle-même pour proposer une histoire visuelle des obligations des femmes imposées par la société avant qu’elle n’ait commencé à trouver sa voie dans le monde. Dans sa série, la femme est toujours la gardienne de sa famille ; il lui est imposé de s’occuper des besoins de sa famille au lieu de ses propres besoins. Chaque œuvre est titrée par une vertu féminine- les principes, la beauté, l’honnête- et par la réalité d’une femme idéale- le chagrin et le manque d’expression. Même, l’idée de la Dentellière apparaît comme le cœur et les muscles de la famille au détriment d’elle-même. Lorsqu’elle a rendu les idées de sa série « La Dentellière » en utilisant les vêtements, la littérature, et le peinture à l’huile sur toile, Goldstein opte pour raconter l’histoire des femmes par les symboles de son passé. L’utilisation de ces matériaux créé un sens du passé ; les fleurs provoquent la délicatesse, la féminité, mais le fait qu’elles soient séchées communique l’idée de vieillerie, d’être coincé dans la passé. Avec le brûlage du tissu au fer à repasser, Goldstein faire une déclaration sur le passé, sur l’idée de la femme qui s’occupe de sa maison et la frustration d’être à l’étroit dans une vie purement domestique. Bien que ce soit une histoire de femme, ce n’est pas sans subjectivité. L’artiste crée des oeuvres du point de vue d’une femme piégée par les règles sociales ; le brûlage est un cri de frustration alors que l’encre exprime un moyen pour la femme de commencer, enfin, à exprimer ses sentiments. Cette série est parallèlement le prélude et la suite de sa série « La Dentellière » - c’est le commencement d’un commentaire sur l’ancien rôle des femmes et un nouveau point de vue sur le présent et le futur de la femme sur sa féminité dans la société abordée dans « La Dentellière ».

    Tsila Goldstein sera exposée dans « L’art au Féminin », exposition collective à la galerie Art’ Et Miss du 3 avril au 30 avril 2011. Le vernissage aura lieu samedi 9 avril à 18h.

    Par Jordanne Ryan, assistant galeriste

  • De la pellicule à la toile, Mikola Belous sublime le cinéma par la peinture

    Pin it!

    Du 10 au 31 mars 2011, l’artiste ukrainien Mikola Belous présente Inversion à la galerie Art’et Miss. Focus sur un artiste qui hégire le mélange des genres en art à part entière.

    Des salles obscures au coup de pinceau

    Porté par une réflexion sur le devenir de l’art contemporain, le travail de Mikola Belous est emprunt de son intérêt pour le cinéma. Avant-garde des années 1920 ou films plus récents, l’artiste considère le cinéma comme une sorte de point de départ, un prototype de ses travaux. Il réinvente le storyboard au travers de séries qui n’ont jamais si bien porté leur nom. Hors de toute approche narrative, l’image et sa lumière trouvent de nouvelles couleurs. Signature et date des œuvres apposées en haut et en bas de chaque réalisation, sur papier ou toiles sur toute la largeur placent immédiatement le visiteur dans cette idée de storyboard.

    A titre d’exemple, cette approche est illustrée à la galerie Art’et Miss par Légèreté. Cette série, inspirée de l’Insoutenable Légèreté de l’Etre, ouvrage de Milan Kundera porté à l’écran par Philippe Kaufman. Juliette Binoche, rôle principal du film, rencontrée par Mikola Bilous à la galerie Teshk en 2010, est, de fait, la protagoniste de la série.

    belous02.jpg

    Photographer - 2010

    Donner à voir, faire percevoir

    On ressent, dans le travail de l’artiste, une forme de sagesse. Elle ne saurait être entendue au sens moral, au regard des scènes du cinéma soviétique réalisées dans une approche pop. Un brin provocateur, non ? Cette sagesse est celle de l’expérience, de la connaissance. On parle souvent de savoir-faire. Mikola Belous invite au savoir-voir. Voir pour apprendre de ses maîtres, voir pour entrer dans une démarche méditative, voir, encore, pour donner à voir. Une formation académique et une quasi décennie d’enseignement la l’Université Nationale Technique de Poltava ont permis à Nikolai Belous de développer une connaissance unique de la couleur. Maitrise des tons, de la saturation et des proportions permettent à l’artiste de mettre les couleurs en action pour redonner son mouvement à l’image cinématographique.

    La question de la perception est importante dans le travail de l’artiste : la rapport cinéma/art n'a pas pour seul but le résultat visuel. Mikola Bilous voit plus loin ou du moins autrement. Le cinéma est selon lui une ombre de la réalité, joue le rôle de filtre. Et puis, la perception, il en est question de manière "pratique". L'artiste, par son travail sur les formes, parfois presque abstraites au premier regard. Prendre un peu de recul suffit à voir se détacher silhouettes et richesse des détails, à lire cette réalité filtrée.

    Jusqu'au 31 mars,2011, à la question "Et si on se faisait une toile?", pourquoi ne pas réponde : "Bonne idée, allons à la Galerie Art'et Miss voir le travail de Mikola Belous!"

    A découvrir également dans le cadre de cette exposition : un hommage au Che, une série sur la danse, des scènes de vie à l'époque soviétique, ...

     

    Camille du Plessix

    Rédactrice Art

     



  • Vein-Art: L'Achat de L'art

    Pin it!

    Vein-Art est une autre façon de présenter l’art accessible à tous, mis en place par la Galerie Art’ et Miss. Très souvent, l’achat et la collection d’art impliquent une notion de dépense plus ou moins importante pour des oeuvres originales, une idée dont l’achat semble impossible pour la plupart. Mais en réalité, l’art est une technique non seulement très visuelle, mais une technique très publique ; c’est un moyen qui est censé être une expérience partagée par tous. L’art est une conversation entre l’artiste et la toile, entre la toile et le spectateur, et entre le spectateur et l’artiste. Et, si l’art ne se limite qu’a des personnes ayant les moyens d’acheter, est-il alors une véritable expérience libre? C’est pour cette raison que la Galerie Art’ et Miss fournit une façon facile, ouverte, et abordable pour acheter et collectionner les oeuvres originales d’artistes ayant exposé à la galerie.

    Le site de Vein-Art vous offre deux façons différentes d’acheter les oeuvres originales : « Prix Mystère » et « Instant Gagnant». Pour faire une offre dans les deux jeux, vous pouvez obtenir un code à peu de frais en passant par STARPASS ou Paypal par téléphone ou SMS. Le code peut être utilisé seulement une fois et est validé sur la page de l’œuvre choisie. Dans les deux jeux, chaque fois que vous validez un code, le prix baisse. Avec « Prix Mystère », si le prix vous satisfait, vous pouvez, à n’importe quel moment, choisir de l’acheter au dernier prix. Avec « Instant Gagnant », après un certain nombre d’appels, le prix arrive à zéro, et le dernier enchérisseur est le gagnant de l’œuvre.

    Chaque œuvre devient ainsi disponible à tous grâce à l’esprit communautaire au travers du site Vein-Art. Différents des autres sites d’enchères, où le prix originel de l’œuvre augmente au fur et à mesure des offres, les oeuvres disponibles sur Vien-Art baisse en prix, ce qui fait que le financement des enchères ne dépasse jamais le prix réel de l’œuvre. Notre but en proposant les oeuvres des artistes de la galerie est de créer une communauté où l’on brise le mythe que l’art est réservé à un groupe des privilégiés.

    Vous pouvez visiter le site Vein-Art ou nous retrouvez à la Galerie Art’et Miss (14, Rue Sainte Anastaste, Paris 3éme).

    Par Jordanne Ryan, assistant galeriste

  • Inversion à la galerie Art'et Miss, l'étape parisienne de Mikola Belous

    Pin it!

    La galerie Art'et Miss propose une nouvelle invitation au voyage, du 10 au 31 mars 2011. Elle nous emmène cette fois en Ukraine, à la découverte de Mikola Belous.

    Inversion, plus qu'une exposition, un projet de grande envergure.

    Inversion, le projet de l'artiste présenté à la galerie Art'et Miss s'inscrit dans une démarche artistique qui comprend rencontres, vidéo et peinture. Il est en effet question de rencontrer des collectionneurs, de réaliser un documentaire et d'exposer ses oeuvres.
    Cette périgrination mène Mikola Belous de Kiev à Moscou et de Riga à Paris. Inversion est également pour l'artiste l'occasion d'une première exposition en Europe de l'Ouest.

    On l'aura compris, Mikola Belous entretient un rapport très particulier à l'image. L'exposition révèle très vite la passion de l'artiste pour le cinéma. "Prototype" de l'oeuvre, l'image cinématographique est réinventée, dans un mouvement d'une vigueur telle que l'on oublie vite que l'image est statique.

    Dans les yeux du Ché Le mouvement, pour Mikola Belous, c'est aussi celui de la couleur, des nuances uniques, composées par l'artiste lui-même mettant en exergue contrastes et lumière. Le contraste est d'ailleurs une notion dont le peintre s'est fait maître. Hommage au Che ou  à Juliette Binoche, rencontrée à la galerie Tsekh de Kiev, danse ou scènes de le vie soviétique... Le traitement pop de ses sujets invitent à porter un autre regard sur les choses, à prendre le temps de comprendre ces toiles et dessins presque abstraits.

    Mikola Belous ou l'expérience à l'oeuvre.

    L'artiste met l'image au service de la réalité, à la fois la sienne et celle du monde, chaque oeuvre raconte ainsi une histoire, parfois la sienne, parfois universelle.

    Et puis il y a cette expérience, la plus importante, celle qui apporte le résultat. Il s'agit là de celle d'un artiste qui se refuse à penser avec ses yeux, préférant observer le travail de ceux qui ont marqué l'histoire de l'art, Malevitch en tête. C'est cette expérience là qui a permis à Mikola Belous de développer son propre style pour faire pénétrer le visiteur dans son univers.

    Camille Jochaud du Plessix

    Rédactrice Art

  • Vernissage de l'exposition de Mikola BILOUS

    Pin it!

    Vernissage du projet “INVERSION” de Mikola BILOUS, présenté par la galerie TSEKH de Kiev, le jeudi 10 mars 2011 à 18H.

    invit-mars11.1299593465.jpg

    Mikolas Bilous nous emmène dans sa nuit éclairée et nous le suivons dans ses déambulations.
    L’artiste s’amuse du mouvement des couleurs, tout en conservant les lois fondamentales de leurs combinaisons.
    Il joue du “faux fond” et des demi-teintes, grâce auxquels toutes les couleurs, même les plus contrastées, demeurent harmonisées.
    Dans chacune des oeuvres présentées, le noir se situe hors du sujet essentiel, il représente l’air ou le ciel.
    Ainsi, la couleur noire nous renvoie à Malevitch et son fameux Carré noir, ce point caractéristique de l’infinité de l’espace, de la relation d’attraction et de rejet des formes.
    Mikola Bilous débute par ce point, et, grâce à ce fond noir, il obtient un effet mixte, à la fois diurne et nocturne : il fait nuit, mais l’on y voit comme en plein jour.

    Le projet INVERSION vous permettra de découvrir l’originalité et la profondeur du travail de Mikola Bilous.
    Les séries suivantes vont seront présentées :

    • Ainsi la ville commençait
    • Tristesse pour l’homme
    • Légèreté , dédiée à Juliette BINOCHE(qui exposa dans la galerie Tsekh en mai 2010)


    Galerie Art’ et Miss

    14 rue Sainte Anastase 75003 Paris

    Tél : 01 42 71 79 07
    Ouverture : Mercredi à samedi 12h à 19h
    Dimanche 14h à 18H
    Galerie virtuelle : www.artetmiss.fr
    E-commerce : www.art-top.eu
    Achat participatif : www.vein-art.com
    e-mail : artetmiss@free.fr

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu