Avertir le modérateur

Fasentieux

  • Géraldine Fasentieux : " I love New York"

    Pin it!
    Why I love America(na)…ou pourquoi ses états me mettent dans tous mes états !

     

     

    fasentieux1.jpg 
    They were made for each other
    Sérigraphie sur métal - 120 cm x 80 cm
    Copyright Géraldine Fasentieux
     
     
    J’ai toujours été attirée et fascinée par les Etats Unis, peut-être parce que depuis mon plus jeune âge j’ai baigné dans cette culture musicale, télévisuelle, cinématographique et littéraire…c’est mon rêve américain à moi. Alors j’ai étudié l’anglais à l’université, et ça m’a permis de voyager, dans les pays anglophones surtout, afin de pratiquer cette langue magnifique. Et c’est comme ça que j’ai découvert ce pays incroyable, et notamment New York ! Ca a été un choc, une révélation ! Ce qui me fascine dans cette ville, c’est surtout sa démesure, tout y est incroyablement haut, grand, vivant ! Elle nous transmet son énergie et sa force et on ne peut que suivre le mouvement, son rythme effréné, ses pulsations, et on ne tient pas en place parce qu’on veut tout voir, tout entendre, tout vivre…On ressent ses vibrations à l’intérieur de soi, on se sent encore plus vivant. Elle est en mouvement perpétuel et nous entraîne dans cette frénésie. Elle est toute puissante, invincible, renaît de ses cendres après les pires tragédies, et l’aube du 21° siècle est malheureusement là pour en témoigner.

     

    Et puis c’est une œuvre d’art, « des masses énormes d’acier, de pierre et de verre [qui] s’élancent vers le ciel, traduisant le pouvoir indomptable et l’élan irrésistible du génie créateur de l’homme » (Jean Clair : Les années 20, l'âge des métropoles ). Et quand la nuit tombe, elle devient absolument féerique, magique, c’est peut-être ça la définition du sublime. La vue du sommet des gratte-ciel est absolument indescriptible,c’est tout simplement époustouflant. Et puis tous les hommes s’y côtoient, toutes les langues y sont parlées, toutes les cultures y sont représentées, c’est une Babel moderne, une cité divine. Passionnée de peinture depuis toujours, j’ai donc essayé dans mes toiles de rendre compte de mes impressions et notamment de l’énergie, du chaos, du mouvement, de la force vitale qu’elle transmet.

     

    Et puis j’ai voulu étudier ce qu’elle a pu inspirer aux peintres du 20° siècle, ceux qui ont été témoins de son ascension vertigineuse, de ses transfigurations liées à la fée électricité, et il n’est donc pas surprenant de voir l’abondance d’œuvres qu’elle a pu inspirer et qu’elle continue d’ailleurs d’inspirer. Certains se sont intéressés à ce qui en fait sa spécificité à savoir ses gratte-ciel, ses ponts, ses lumières, d’autres se sont quant à eux intéressés aux hommes qui la peuplent, à la frénésie urbaine ou au contraire à la solitude qu’elle inspire parfois.

     

    fasentieux2.jpg
    From the windows of the world
    Photographie sur papier d'art - 70 cm x 50 cm
    Copyright Géraldine Fasentieux

     

    Pour moi, la solitude est beaucoup plus palpable lorsque l’on quitte la métropole et que l’on s’aventure sur les routes, et notamment la « mother road », la vieille route 66. Elle témoigne d’un temps révolu, les villages traversés sont des villages fantômes où ne subsistent que les vestiges d’une vie passée, les hôtels, restaurants, stations services sont à l’abandon, rattrapés par la nature qui les recouvre et malgré tout, reste cette volonté des hommes de préserver pour quelque temps encore, un temps limité d’ailleurs, ces témoignages du passé, même s’il est relativement récent. Là on ressent l’immensité de la nature, et la chaleur du soleil qui vous oppresse et le sentiment de solitude est là et bien là. Ce qui m’intéresse dans ces images, plus que les paysages grandioses (et pour être grandioses, ils le sont !) qui sont de toute façon impossibles à rendre en peinture ou en photo à mon avis, c’est le coté pictural des enseignes et des panneaux routiers, des motels et restaurants, les lettres et les mots. Ce foisonnement de pancartes publicitaires souvent artisanales, de panneaux routiers et d’enseignes improbables sont autant de formes et de couleurs qui en font des tableaux modernes, des œuvres d’art, des œuvres éphémères dépendantes de la nature et de ses caprices, de sa lumière.



    Comment j’en suis arrivée là…


    -Pratique de la peinture depuis les années 1980, au lycée et avec des professeurs particuliers . Initiation à la peinture à l’huile en 1989 .
    -DEUG, licence, maîtrise d’anglais à l’Université de Bourgogne de 1984 à 1989. Cours d’histoire de l’art en auditeur libre.
    -Cours aux Beaux Arts de Troyes en 1992 et 1993 .
    -D.E.A. d’études anglophones obtenu en juin 1994 : « New York vu par les peintres américains, 1900-1940 » .
    -Poste au Musée d’Art Moderne de Troyes de 1993 à 1998. Elaboration de dossiers pédagogiques, accueil des classes et enseignants, visites guidées du musée, stages pour enseignants et participations aux ateliers artistiques pour enfants.
    -Enseignement de l’anglais au lycée Camille Claudel de Troyes (depuis 1994) et organisation d’expositions d’artistes plasticiens trois fois par an.
    -Expositions personnelles et collectives sur Troyes et en France depuis 1992 .
    -Rédaction d’articles dans le guide des sorties culturelles à Troyes et alentours, « le troisième œil » depuis sa création début 2006.




    Et pourquoi je (j’en) suis toujours là…Why ?????


    Parce que malgré tout, j’aime la France, et elle me manque au bout d’un certain temps, notre bonne vieille Europe avec ses cafés, ses terrasses, ses monuments, ses musées prestigieux et l’art, partout autour de nous !!!!
    partout autour de nous !!!!

    medium_KIF_6880.4.JPG

    Géraldine Fasentieux expose des Photographies de New York à la galerie Art'et Miss jusqu'au 31 juillet
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu