Avertir le modérateur

alphabet

  • Derniers jours de l'exposition "lettres et signes"

    Pin it!

     

    saifou01.jpg saifou-29.jpg

    La visite de cette exposition pourrait commencer par l’oeuvre de Karim SAIFOU , où l’on peut reconnaître des caractères  sumériens  qui semble être la première langue écrite connue.

     



    Karim SAIFOU nous propose également une oeuvre originale représentant sous forme d’un livret, une visite du musée de Bagdad, un hommage nostalgique à sa culture et à son pays d’origine.
    saifou04bis.jpg


    maruani04.1243278238.jpg
    Haïa MARUANI nous dévoile toute la symbolique de l’alphabet hébraïque. Vingt deux lettres illustrées selon les textes du Talmud. Haïa Maruani nous explique dans un petit livret accompagnant ses oeuvres, la valeur de chaque lettre, par exemple, on peut apprendre que “le Daleth, ci-contre est la 4ème lettre de l’alphabet et que sa valeur numérique est 4. Le Daleth correspond au 4ème jour de la création, jour où D’ieu a placé les luminaires (lune, soleil, étoiles, …). Lorsque Daleth signifie “porte”, elle renvoie à la porte de D’ieu à laquelle frappe le fidèle, mais aussi à la porte à la porte  de l’homme de bien à laquelle frappe le pauvre (dal). Référence au precepte majeur à la générosité du fidèle. …”

     

     

    rosilio02.1243278956.jpg
    Une autre représentation de l’alphabet hébraïque est proposée par Maureen ROSILIO, lettres dansantes, couleurs vives et fraîches, comme pour séduire les enfants et  les inviter au monde de la lecture.

     


    mozaffari05.1243280260.jpg
    Une exposition sur les lettres ne  saurait-être sans une représentation de la calligraphie arabe. Dans certaines oeuvres islamiques, l’écriture stylisée a été raffinée à tel point que l’élégance prend le pas sur la lisibilité.C’est le cas des oeuvres de Nurieh MOZAFFARI, artiste iranienne, dont la série proposée est un poème pictural d’amour.

     

    artali01.jpg ARTALI,  à la limite de l’abstraction, utilise la calligraphie arabe pour jouer avec la couleur et les textures

     

     




    Un nouvel horizon nous vient de La Réunion. Entre Asie et Afrique, elle bénéficie de la richesse de ces cultures et Sylvie GESBERT DE LINEA qui y vit depuis plusieurs années  s’est imprégnée de ces différents courants pour les exprimer par une gestuelle spontanée allant du pictogramme à la calligraphie chinoise, évoluant jusqu’à l’art urbain.
    gesbert01.1243282203.jpg

    tsila12.1243282939.jpg
    La lettre, en se combinant aux autres prend toute son envergure et Virginia Woolf a fait du mot un très bon usage. Tsila GOLDSTEIN reprend dans ses oeuvres des phrases de cet auteur féministe londonienne au sein de tableaux dont le média principal est constitué de tissus et dentelles, vêtements qui eux aussi sont des signes d’appartenance, qui eux aussi ont un langage.

     

     

    Le signe a également été interprété par nos artistes comme la note de musique et le texte comme la partition, deux artistes nous ont proposé des travaux utilisant des collages de partitions. Deux sensibilités très différentes, Christiane GUERRY évoquant la musique classique,  avec des couleurs chaleureuses, une grande fantaisie picturale et Martine RAVIGNON croquant des portraits de Barbara sur des partitions de ses célèbres chansons, évoquant avec délicatesse la vie de la chanteuse.

    guerry08.1243283729.jpg ravignon03.1243283613.jpg
    Les fleurs, on le sait, sont d’excellents supports pour l’expression de nos sentiments. Souvent elles décrivent mieux que nos paroles et gestes les subtils mouvements de notre cœur. Qu’il s’agisse d’amour ou de dépit, de joie ou de tristesse, d’espérance ou de déception, d’allégresse ou d’appréhension, les fleurs sont là pour nous aider à exprimer ce que nous ressentons ou voulons dire.
    Quoi de plus apte, donc, que de faire appel aux fleurs pour signifier à ceux qui sont proches de notre cœur combien nous les aimons, combien nous les plaignons, combien nous sympathisons avec eux, combien nous les regrettons… Encore faut-il que nous connaissions le langage spécifique des fleurs, la valeur symbolique inhérente à chacune d’elles.
    Une note florale nous vient du Canada avec Raymonde PERRON et Anne DROUIN qui par des tableaux colorés évoquent le langage des fleurs, le langage de l’amour.
    perron02.1243284261.jpg drouin12.1243284187.jpg
    Et pour clore ce parcours, Laurent Pierre LACOSTE, photographe, a su capter avec pertinance les symboles de la lettre et du signe dans notre quotidien.
    lacoste05.1243284543.jpg

    Galerie Art’ et Miss

    14 rue Sainte Anastase - 75003 PARIS
    Jusqu’au 31 mai
    Ouvert du mercredi au dimanche
  • Alphabet hébraïque : Aleph par Haïa MARUANI

    Pin it!

    Le thème de notre exposition est “Lettres et signes” et Haïa MARUANI nous propose pour illustrer ce thème un alphabet hébraïque, fort en symbolique, celui-ci nous est expliqué par Haïa.

    Le message des lettres hébraïques :

    La civilisation juive est caractérisée par une prédominance de l’écrit. C’est de l’interdit de la représentation, et de la crainte de l’idolâtrie que découle la suprématie de l’écrit sur l’image. On notera à cet effet l’importance des « tables de la loi », les stèles funéraires gravées, les rouleaux de Torah, les rituels de prière…
    C’est par le pouvoir de l’alphabet que nous avons reçu la sainte Torah écrite au mont Sinaï.
    Le tout premier acte de l’éternel fut de faire émerger les 22 lettres de la langue hébraïque, qui sont la matrice de toute réalité constituant le langage. Chacune d‘elles se mit en avant, dans le but d’être choisie pour être l’élu du commencement de la Torah.
    Le langage permet de définir les choses, car sans lui, l’homme ne peut rien appréhender, ni lui- même, ni ce qui l’entoure : « Sans paroles, point de pensées ! ». De nombreuses civilisations ont attribué un pouvoir magique aux lettres hébraïques. Parce que ces lettres constituent des mots, puis des phrases, qui se transmettront de l’un à l’autre au fil du temps. Voire, le Deuteuronome-11/19 : « Et tu transmettras à tes enfants des paroles de la Torah  ; lorsque tu seras assis dans ta maison et lorsque tu seras en route ».
    Dans le cadre de mon expérience en arts plastiques, et pour mieux comprendre la suprématie de l’écrit sur l’image, « j’ai tenté d’étudier le sens profond de chacune des lettres de l’alphabet hébraïque afin de communiquer aux autres sous forme d’illustration la force et la puissance des messages qu’elles véhiculent ». Ce qui revient à dire que « j’ai tenu
    à garder intact l’aspect calligraphique de la lettre, du fait de sa sacralisation ; en favorisant l’idée de la mettre en scène dans un cadre évocateur.
    En résumé, les lettres sont riches d’enseignement sur les différents aspects de l’homme et de la vie.
    De mon expérience artistique des lettres hébraïques : Le travail que j’ai tenté sur les lettres hébraïques consiste en une illustration des lettres selon les textes du Talmud et de nombreux midrachim.
    Je me suis documentée et inspirée du document de Rav Yitshak Jessurun, intitulé : « L’hébreu, Langue de la Création - étude sur les 22 lettres hébraïques ». Cette étude très sérieusement traitée contient des références bibliques, talmudiques, des midrachim, du Zohar, Sefer Hayetsira, Habahire, etc.
    J’ai pour ma part, tenu à faire un travail conceptuel, qui consiste à concrétiser par l’intermédiaire de la peinture et le graphisme le rôle principal de chacune des lettres.
    Chaque lettre a été traitée à l’acrylique, sur panneaux de bois de 30 x 30 cm puis redessinée avec un logiciel vectoriel (Illustrator) et revisitée parfois sur Photoshop, ce qui permet à loisir d’en modifier le format, les couleurs, et les effets.
    Mon projet a fait l’objet d’importantes recherches iconographiques (objet de culte, synagogues, paysages d’Israël, flore et faune…) et son inspiration émane des différents courants artistiques que j’ai pu croiser au cours de mes études approfondies et diverses.
    Propos recueillis par Haïa Maruani
    Texte de Claude Rigal-Ansous.

    maruani01.jpg
    Le Aleph est la 1ère lettre de l’alphabet et sa valeur numérique est 1.

    Le Aleph est une lettre silencieuse. Les mots emet (vérité),
    elockim (D’ieu), ekhad (unité, un), (commencent par la
    lettre Aleph.

    La lettre est graphiquement divisée en deux Yod séparés par un vav. Chaque Yod ayant une valeur numérique de 10 et le Vav de 6, leur somme donne 26, chiffre associé aux quatre lettres du Tétragramme, « Nom inéffable de D’ieu ».

    J’ai représenté à l’intérieur du Vav, l’échelle de Jacob.
    Le Yod inversé et le Vav, sont comme deux pieds ancrés dans le sol. Et à l’intérieur du Yod supérieur est inscrite une main qui symbolise que « tout vient du ciel, de D’ieu ».

    Haïa MARUANI expose ses 22 lettres hébraïques à la Galerie Art’et Miss jusqu’au 30 mai.

     

    Le vernissage aura lieu le jeudi 14 mai à partir de 18 heures.

    Venez Nombreux.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu