Avertir le modérateur

féminité

  • Tsila Goldstein fait dans la dentelle

    Pin it!

    Féminité, pudeur et émotion traversent l'oeuvre de Tsila Goldstein

    A la base Polytechnicienne, Tsila Goldstein se tourne vers l'esthétisme à la fin des années 1980, époque à laquelle elle entreprend des études d'Art et d'Hisoire de l'Art. Elle devient alors membre de l'Associaltion des Artistes d'Israël et de la Liste des Artistes du Musée d'Israël. Elle expose tout d'abord sur sa terre natale, notamment à Haifa, Jésrusalem et Tel Aviv avant de parcourir le monde. En effet, depuis le début de sa carrière d'artiste, ses oeuvres sont allées de Madrid à Mexico, de Cancun à Zagreb et bien sûr à Paris.

    La série "La dentellière", présentée jusqu'au 31 mai à la galerie Art et Miss dans le cadre de l'exposition "Lettres et Signes" évoque la vie : "La femme est la "dentellière" de la vie, elle navigue  parmi ses tâches, afin de trouver "le chemin d'or" entre les besoins de sa famille, sa place dans la société et ses propres exigences spirituelles et ses besoins personnels." , déclare l'artiste. Il en résulte des compositions abstraites en relief pour lesquelles Tsila Goldstein a eu recours à une technique mixte utilisant des morceaux de vieux vêtements en coton et dentelle.

    Ainsi, le vêtement devient symbole, représentatif des moments de la vie, et en particulier de la vie de femme. Parce que c'est bien les femmes qui sont ici à l'honneur. De la séduction à l'intimité, du dévoilement à la pudeur, le vêtement associé à la féminité dépasse son statut de simple objet : "mes œuvres reflètent mon point de vue sur la femme qui se pare elle-même de jolies choses, parfois, dans le but de masquer sa douleur intérieure et d'autres fois pour extérioriser  sa joie."

    Un portrait en émotions

    Chaque tableau fait est un flash, une bribe de l'histoire de cette femme mystérieuse. "Née en Israël" ouvre la série. Les points de croix font écho à quelques petites branches qui témoignent d'un enracinement, d'un attachement profond à ses origines, à sa famille. Entre pureté et douceur, Tsila Goldstein joue avec des nuances d'un blanc qui marque l'ensemble de l'exposition. Cette toile est telle des premiers pas qui mènent vers "Poupées" où apparaissent pour la première fois de petits personnages de papier sur lesquels sont imprimé des texte dans l'alphabet hébraïque. Ces personnages apparaissent dans de nombreuses toiles, comme autant de membre d'une grande famille et d'un entourage profondément présent mais également comme trace d'une culture qui fait son identité.

    L'enfance mène vers l'adolescence. Le bleu entre dans les compostitions, se combinant au blanc et donnant l'impression d'un ciel parsemé de nuages à l'image de cette période de la vie où les certitudes de l'enfance font face à la réalité d'une vie pas toujours si simple. Puis c'est le pasage vres l'âge adulte : les désillusions de l'adolescence ont fait place à un bonheur subtile par sa simplicité et à des émotions qui doivent restées discrètes. Jeune femme, Tsila Goldstein

    De la vérité aux apparences

    La dentelle, est un tissu auquel Tsila Goldstein donne tout son sens. A la fois matière suggestive qui laisse deviner et éfoffe qui cache l'intimité, l'artiste la décline et établit un parallèle entre ce que femme est et ce que femme doit être. En empruntant au Dictionnaire de la Toilette, publié en Angleterre par “Pears Soap”  entreprise en 1933, elle souligne la complexité de la construction son identité en tant que femme : "J’y ai  trouvé beaucoup de valeurs ayant fait parti de mon éducation, exigeant de la femme de paraître toujours heureuse, intéressé, bien tenu et ayant un comportement parfait, cachant sa vraie "vérité" afin de réussir dans la vie". Elle joue des apparences, de ce qu'il y a de visible et d'invisible chez toute femme. Non sans humour, elle va jusqu'à utiliser une "Table des calories" dans une toile qui porte le même nom.

    Ayant fait face à cette ambivalence des sentiments et des émotions de sa vie de femme, elle fait référence à Virginia Woolf comme dans "Une chambre à soi" oeuvre qui encourage vivement la femme à participer à sa vie privée et ses besoins personnels. Ainsi, le message prend un caractère engagé et répond à une féminité assumée.

     

    La série "La dentellière" révèle finalement une sorte d'autoportrait émotionnel de l'artiste. Sourire nostalgique, joie simple, chaleur d'un moment de bien être ou retour sur des souvenirs du passé, Tsila Goldstein fait le choix de se révéler en tant que femme dans un travail exécuté avec la finesse d'une dentellière.

     

    C. du Plessix

    Les oeuvres de Tslia Goldstein sont en vente sur le nouveau site marchand de la galerie Art et Miss

  • Edson CAMPOS, Hommage à la femme

    Pin it!


    639767865.jpgNé à  Rio de Janeiro, au Brésil, Edson a apprécié le dessin  et la peinture dès son plus jeune âge, et il est devenu un artiste complètement autodidacte. Il s'est installé aux Etats-Unis en 1978 et s'est rapidement affirmé en tant qu'artiste de haut niveau.
    Il a exposé ses peintures et dessins réalistes dans les plus grandes villes des Etats-Unis, d’Europe et d’Amérique du Sud,  gagnant beaucoup de prix et récompenses. Remarqué pour sa représentation sensuelle de la femme, ses peintures et dessins  ont  également été  publiés dans des magazines tels que Playboy et Penthouse, et ont été sélectionnés par l’hôtel Queen Mary à Long Beach en Californie pour décorer chacune des 500 chambres de l'hôtel. Edson a participé à l’Art Expo de New York , où son travail a remporté un vif succès.

    La notoriété d’Edson Campos s’est confirmée en 1999, après la parution d’un article sur son travail dans un numéro spécial d’ Artist’s Magazine sur les techniques de peinture.

    Edson à été par deux fois premier prix au prestigieux « Coconut Grove Art Festival » en 2002 et 2003. Sa peinture  a été présentée à de nombreux festivals d'art aux Etats-Unis où il a remporté de nombreuses récompenses. Edson Campos a été également honoré du titre « d’ artiste de l’année »  par la collection d'art moderne d'Orlando en 2003.

    Au cours de ses nombreux voyages, et particulièrement en l'Europe, Edson  a pu visiter et étudier les peintures et les sculptures de ses maîtres préférés ( Leonardo Da Vinci, Michelangelo, Vermeer, Botticelli, …), ce qui a été une grande source d'inspiration.

    Edson CAMPOS expose jusqu'au 29 juin à la galerie Art'et Miss

    Pour en voir et savoir plus sur Edson CAMPOS : www.artetmiss.eu


  • Irène LUSSOU : la quête de l'absolu

    Pin it!
    medium_lussou9.2.jpg
     
     
     
     
    « Ce qui m’intéresse c’est d’explorer l’épaisseur du corps féminin,  du visible à l’invisible. »
    I. Lussou

       

     

     

     

     

    medium_lussou12.2.jpg Le travail de Lussou a été largement influencé par la diversité des visages qu’elle a été amenée à modeler lorsqu’elle était maquilleuse perruquière pour le cinéma, le théâtre et l’opéra.
    Elle s’évertue à faire apparaître en surface ce qui est caché à l’intérieur. Elle a la volonté farouche de dompter la matière pour en extraire des créatures touchées par la grâce.

    Femmes aillées, femmes sirènes, ses sculptures représentent toutes des femmes, reflet de la richesse de son itinéraire en quête absolue. 

     

    En exposition à la Galerie Art' et Miss du 2 au 28 février 2007.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu