Avertir le modérateur

onirique

  • Danielle Le Bricquir : un peintre pour ré-enchanter le monde

    Pin it!

    « (…) je découpe dans un papier blanc innocent un oiseau blanc aux ailes déployées, et à peine si je souffle comme ça, il peut voler, fendre votre solitude, se poser sur votre table et vous regarder en camarade de ses yeux bleus qu’il s’agit maintenant précisément pour moi de peindre. »
    Yannis Ritsos, De la sincérité, Athènes, 4 novembre 1985

     



    Les bonnes fées bretonnes lui ont-elles insufflé très tôt ce désir d’émerveillement qui ne l’a jamais quittée ? L’errance permanente en pays d’enfance dont témoigne sa peinture tendrait à nous le faire croire. A l’instar de Camille Claudel fascinée par les formes fantastiques des rochers de la « Hautée du Diable » peuplant le Tardenois de ses jeunes années, les géants de granit rose de Perros-Guirrec ont laissé une empreinte durable dans l’imaginaire si fertile de Danielle Le Bricquir. Le fol amour de Lancelot, Celtamorphose : La Fiancée des chemins creux, Au Pays des talus dressés, La Procession, La Nuit Celte, Le pays du Roi Morvan, L’Enfance d’Arthur, Retour de Pêche, Les Chants du Pays de ma Mère, La Fille du Magicien, Quand la Mer monte, Belle Rencontre sur les Terres Irlandaises, etc… : toute la déclinaison d’une culture totalement réinventée, « celtamorphosée » -pour reprendre une expression de l’artiste-, défile sous nos yeux et nous entraîne au royaume de Merlin. Royaume du « tout-possible » où les moyens plastiques reformulent un bestiaire celtique vraiment
    réjouissant, où chaque tableau poursuit une narration qui semble ne jamais se tarir… Et si tout n’y est pas aussi rose que le granit, tout y est enchantement, tout y est poésie…

    A priori, rien ne prédisposait Danielle Le Bricquir à devenir la Fée Viviane de la peinture contemporaine. De son enfance rythmée par d’incessants allers-retours entre Paris et la Bretagne, elle conserve le souvenir récurrent de l’atmosphère angoissante qui sévissait dans la famille durant la Seconde Guerre quand son père, traqué par la Gestapo, se réfugia à Perros… Mais les véritables adversités viendront plus tard, quand les êtres chers disparaîtront prématurément… Adolescente imbibée de culture littéraire, la jeune-fille mûrit et se passionne pour l’écriture. Arrive « l’âge de raison ». Nombreux sont les articles et essais témoignant de son engagement pour la cause féminine, au cœur du combat mené par des milliers de femmes, combat couronné par la « Loi Veil » de 1975… Danielle Le Bricquir évoque avec émotion ces années militantes auprès de Gisèle Halimi. C’est durant cette « épique-époque » que tout bascule pour elle.
    Son intérêt pour la peinture prend soudain une place prépondérante. Tout en perfectionnant sa maîtrise des techniques picturales auprès de Georges Arditti –ce dernier lui communique son admiration pour Balthus, Piero della Francesca et la Renaissance italienne…- elle travaille sans relâche, souvent dans des conditions difficiles. Une nuit, n’ayant ni toile ni papier sous la main, elle peint sur un morceau de bois. Une révélation ! L’aspect primitif de l’humble support et les déformations occasionnées par sa surface rugueuse provoquent un déclic dont elle se souvient encore aujourd’hui. Cette relation imprévue avec un matériau « pauvre » augure les bases de son langage pictural. Les dés sont jetés : sa volonté farouche d’instaurer son propre vocabulaire plastique prend forme. Parallèlement, l’artiste se passionne pour Cobra, admirant particulièrement Cornelis Van Beverloo, dit « Corneille », l’un des fondateurs. L’expressionnisme parfois brutal et le chromatisme véhément de Cobra la séduisent au point de choisir pour sujet de thèse de doctorat « Le groupe pictural Cobra et l’écriture » (Presses Universitaires Septentrion Edit.)! Corneille et Niki de Saint-Phalle sont les deux imagiers des temps modernes qui n’ont cessé de l’éblouir. Nous sommes alors dans les années 80.



    Tournant définitivement la page d’une figuration « classique » dont elle ne renie rien de son apport, Danielle Le Bricquir s’immerge dans un univers qui lui est propre. Aucun des gestes de la création contemporaine ne lui est étranger. L’artiste s’autorise les assemblages matiéristes de toutes sortes, mêlant aux pigments de couleur des éléments qu’elle récupère au hasard de ses pérégrinations. C’est la composition elle-même, au fur et à mesure de sa construction, qui lui dicte les matériaux nécessaires à sa réalisation. Toujours elle y manifeste une fantaisie rêveuse et rebelle, accumulant les trouvailles expressives, manifestant une étonnante richesse d’invention. La peinture de Danielle Le Bricquir excite l’imagination du spectateur et révèle un art dynamique, vivement coloré, dont la spontanéité gestuelle se plie aux exigences de la narration. A l’instar de Flaubert affirmant qu’ « il faut se bander les yeux et continuer son œuvre », elle fait preuve d’une véritable aptitude à la sublimation, laquelle lui permet de faire passer dans le registre du beau et du poétique –celui de l’œuvre d’art- ses angoisses humaines liées aux désordres du monde, aux drames produits par une société arrogante et contre-nature.

    Voilà bientôt trente ans que toute sa force créatrice, Danielle Le Bricquir la met au service de son art, travaillant comme une forcenée pour magnifier un monde qui lui échappe, pour assouvir sa quête éperdue d’audace et de liberté….

     



    Que des amateurs s’imprègnent de la poétique de son univers pictural, en partagent l’émotion, elle n’en demande pas plus.
    Certains n’y verront que les illustrations de fabliaux puisés au babil des ruisselets qui sillonnent les méandres de l’enfance perdue, dans ce territoire où Plume d’Henri Michaux et la Ménagerie de Tristan de Robert Desnos se donnent rendez-vous. Quelque part, du côté de chez Brocéliande…
    D’autres enfin, seront bouleversés par le sens profond de ces images, expression picturale d’une mélopée ininterrompue qui « retrouve en chacun de nous une humble et indicible Arcadie. » (Malraux, Les Voix du silence)

    Noël Coret
    Ecrivain d’Art

    ...............................................................................


    Danielle LeBricquir est Née à Paris, 1941 a reçu les plus hauts honneurs et de nombreux prix en France.

    Danielle LeBricquir expose en permanence à Gramercy 32 Galerie des Beaux-Arts, à New York

    Elle vit entre Paris et son atelier à Perros-Guirec, en Bretagne

    Son travail est régulièrement présenté lors du Salon d'Automne, où elle est un membre permanent .
    Présidente de l'association "Artiste du 4" à Paris.

    Prix spécial décerné par la ville de Versailles, qui ont acheté une de ses œuvres.
    Invitée d'honneur au Salon de la Maison Laffitte, où elle a reçu une médaille d'or.
    Invitée d'honneur au Salon de Beaumont-sur-Oise.

    Danielle LeBricquir est exposée de façon permanente

    Dans les MUSEES :
    . Art en Marche "musée de Lapalisse Hauterives,
    . Stadhof Museum de Zwolle, Pays-Bas,
    . Jakosky Musée de Nice.

     

    En voir plus ...

  • Huguette Machado-Rico : une idée du bonheur

    Pin it!

    4a84c217ab00ac6a23f45ffa268bd2a7.jpg"Je veux que les images fassent la fête, qu'elles portent à nos yeux l'étrange et le merveilleux".


    Dans cet univers infiniment onirique, solaire et végétal, chaque motif est conçu en fonction de la promesse de bonheur qu'il constitue.
    Les mains sont parfois chargées de coeurs, les yeux ouverts sont souvent transformés en fleurs.

    Chaque tableau est un petit poème dédié au bonheur de peindre? une petite musique de vie heureuse...Mais c'est aussi là qu'on voit que le bonheur de l'expression est dans la cohérence d'un langage où les mots et la syntaxe se fécondent et se régénèrent mutuellement, comme au pays des coeurs purs et de leur jardin originel.


    Huguette Machado-Rico Huguette Machado Rico est née en Afrique du Nord.

    En 1962, elle étudie aux Beaux-arts d'Aix-en-Provence puis est diplômée en graphisme publicitaire et illustration à l'école de l'Union Centrale des Arts Décoratifs à Paris en 1965.

    Elle étudie également les techniques de la laque en travaillant avec un peintre asiatique ; puis les techniques de l'eau forte et de la gravure sur métal au Canada ; la tapisserie haute lice, les textiles et la lithographie à Paris.

    Après quelques années professionnelles dans le design publicitaire et l'illustration, elle se consacre à la peinture.

    Elle participe à de nombreuses expositions et salons en France et à l'étranger.

    Depuis 1990, elle est installée à Vincennes où elle a participé à la création de nombreux ateliers en Arts Plastiques dans le cadre de l'Education Nationale et où se trouve son atelier.

    Elle travaille également dans le Var, près de la mer.

    Elle prolonge son travail de peintre par des incursions de plus en plus nombreuses dans la sculpture réalisée en papier mâché polychrome, en résine et en assemblages de bois.

    Son travail est exposé régulièrement dans des galeries à Paris et en Province. On le retrouve dans des collections privées en France et à l'étranger.



  • Marion Jouaffre : scènes de vie, scènes de rêve

    Pin it!



    Marion JOUAFFRE vit et travaille à Saint Philibert dans le Morbihan.

    Née en 1961 à Lorient, Marion Jouaffre passe son enfance en Bretagne. Plus tard, elle part à la découverte des lieux plus citadins -- Londres, Paris -- mais très vite, l'air du large la rappelle. Elle vit désormais dans le Morbihan.

    Son atelier, lieu enchanteur face au port de la Trinité sur Mer,est une invitation au rêve. Toujours tentée par le nouveau, l'artiste s'enthousiasme parfois par des techniques mixtes, pastel, acrylique, gouache, collages...mais demeure toutefois fidèle à l'huile.


    Autodidacte,coloriste dans l'âme, Marion Jouaffre, hors des grands courants, peint comme elle rêve. Elle aime les couleurs, la poésie, les rapports humains, les animaux, les étoiles, les saltimbanques..., la vie en général, ce subtil mélange de provisoire et d'éternel. Elle aime l'inatendu, l'imaginaire, le chaleureux, l'authentique. Son pinceau, véritable baguette magique, nous invite dans un monde où on prend le temps de voir le beau, d'aimer, de saisir les instants de bonheur, de rêver.


    99f82eaea8d0ac05dd34fd30e3245723.jpg

     

    L'artiste va droit à l'essentiel, elle ne s'encombre pas du détail. La sobriété des lignes et sa palette aux tons chatoyants à dominante de bleus, nous embarquent dans un monde joyeux et serein. Alchimiste de la couleur, elle transfigure le quotidien en merveilleux. Ses images, évoquant à la fois le présent et le songe, échappent à l'analyse, elle vont droit au coeur et sèment de la poésie dans ce monde trop plein de violence et de compétition. Elle peint comme elle vit, sans aucun conformisme ni idées préconçues.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu