Avertir le modérateur

photographie

  • La nouvelle réalité de Joséphine ERNST

    Pin it!

    Du duel, ou plutôt du duo entre la lumière et l'obscurité, Joséphine ERNST tire toute la profondeur de ses photos. Plusieurs mondes s'imbriquent, se superposent, un peu comme lorsqu'on regarde à travers une vitre et que le monde extérieur et notre reflet se mêlent.

     

    Ernst, photographie, artiste, Paris, aquatique, petite Sirène, Art' et Miss, Art au Féminin

    Un univers somme toute très aquatique, à l'image de la série « L'Univers de la petite Sirène », ensemble de sept photographies imprimées sur toile présent à la galerie.

    Ernst, photographie, artiste, Paris, aquatique, petite Sirène, Art' et Miss, Art au Féminin

    Ernst, photographie, artiste, Paris, aquatique, petite Sirène, Art' et Miss, Art au Féminin

    Un monde sous-marin se dévoile, fascinant et effrayant à la fois !

    Ernst, photographie, artiste, Paris, aquatique, petite Sirène, Art' et Miss, Art au Féminin


    L'exposition collective "L'Art au Féminin " est en place à la Galerie Art' et Miss jusqu'au 30 avril 2014.


    Mickaël Pourtier

  • Savoir regarder l'ordinaire pour le sublimer - Marie-Claude CHAILLOUX

    Pin it!

    Fine observatrice, Marie-Claude CHAILLOUX capture dans l'objectif des morceaux de réalité qu'elle rencontre au gré de ses voyages en ville ou à la campagne.

    Chailloux, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Artiste, photographie

    Ceux-ci se traduisent en émotions grâce à la simplicité des courbes ou des lignes, le grain de la matière ou l'ondulation de l'eau.

    Chailloux, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Artiste, photographie

    Chailloux, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Artiste, photographie

    Les reflets sont une des sources d'inspiration de la photographe, qu'ils soient dus à une surface aquatique ou vitrée. Marie-Claude CHAILLOUX aime redessiner les courbes et l'environnement à travers une surface réfléchissante. Un autre univers apparaît alors et ces réflexions peuvent parer le quotidien de beauté. D'extraordinaire aussi.

    Chailloux, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Artiste, photographie

    Chailloux, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Artiste, photographie

    Ses œuvres sont présentées à la Galerie Art' et Miss au sein de l'exposition collective " L'Art au Féminin " jusqu'au 30 avril.


    Mickaël Pourtier

  • La photo de tous les possibles - Marie-Fa LAZZARI

    Pin it!

     

    Marie-Fa LAZZARI manie aussi bien l'appareil photo que la plume. Elle réalise ses tirages en argentique, inspirée aussi bien par les paysages, les animaux ou les fleurs.

    Lazzari, photographie, poésie, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Bijou

    Lazzari, photographie, poésie, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Bijou

    Lazzari, photographie, poésie, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Bijou

    Souvent, des poèmes ou petits textes accompagnent les prises de vue, en étant partie-intégrante :

     

    Lazzari, photographie, poésie, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Bijou

     

    BIJOU

     

    Au bord des chemins

     Parmi les jardins

     Entre le baume et la blessure

      

    Le vent te berce

     Le vent t'emporte

     Le vent te pousse

     Vers des rivages incertains.

      

    Ta fragilité m'attire

     Ta transparence m'émeut.

      

    Tu es le

     Suc de la Terre.

     Tu es cette goutte d'espérance

     Qui rend lumineux tout désert.

      

    Tu es le bijou

     Que j'espère.

      

    © Marie-Fa Lazzari

      

    Puis avec ses tirages argentiques, elle reproduit des formes ou des motifs pour créer ses propres compositions, abstraites et colorées, transcendantes. Car comme l'artiste aime à le souligner, « photographier, c'est faire de la lumière reçue une lumière offerte ». Son but : créer la surprise, susciter la curiosité et l'émerveillement.

    Lazzari, photographie, poésie, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Bijou

     

    Lazzari, photographie, poésie, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Bijou

     

     

    Lazzari, photographie, poésie, Art' et Miss, Art au Féminin, Paris, Bijou


    Les œuvres de Mari-Fa LAZZARI sont présentées, dans le cadre de l'exposition collective " L'Art au Féminin ", à la galerie Art' et Miss, jusqu'au 30 avril 2014.

    Vernissage le samedi 12 avril à 18 heures.


    Mickaël Pourtier

     

  • Joan Pla. Color Fields à San Cristóbal

    Pin it!

    Joan Pla est un photographe barcelonais qui intégre dans son activité artistique des genres et des styles des plus différents. À l’occasion de l’Exposition Internationale de la Galerie Art ‘et Miss, nous avons l’opportunité de montrer quelques examples de photograhies qui appartiennent à sa série San Cristóbal.

    pla02 Avec ce groupe de photographies, l’artiste emène le spectateur dans l’île espagnole de Gran Canaria, plus espécialement dans le quartier marin de San Cristóbal.

     pla01

    Dans cet endroit d’une identité marquée, Joan Pla montre son regard personnel, où la lumière et la couleur sont les protagonistes et personnifient la grande enérgie de ce petit univers atlantique.

     pla03

    Le photographe regarde et montre, souligne les éléments qu’il désire accentuer grâce aux cadrages originaux caractéristiques de cette série, qui simplifient parfois les élements, jusqu’à pratiquement nous donner des œuvres abstraites, qui rappelent directement certains mouvements de l’abstraction picturale comme le Color Fields.

     Fátima Gallardo León

     À la galerie Art’et Miss , nous vous invitons à découvrir le regard de Joan Pla. Ses photographies seront visibles à l’Exposition Internationale jusqu’au  29 décembre

  • EXPOSITION PHOTO – Olivier BILLON & Sébastien CASTILLO - Galerie Art' et Miss

    Pin it!

    Du 1er au 10 Juin 2011, la galerie Art’et Miss souhaite vous convier à l’expo photo qu’elle organise sur le travail de deux photographes à l’approche et au style différents.


    Tout d’abord, Olivier Billon vous invite à une évasion dans le mystère du Sahara Algérien, il a dû saisir l’aspect mystérieux du désert afin de nous convier à partager cette atmosphère unique.

    En voyant ces photos, qui peut s’imaginer un instant que l’artiste a travaillé à partir de photos en noir et blanc ? Celles-ci ont ensuite été scannées afin de les retravailler en ajoutant des couleurs. Olivier Billon les a retravaillées jusqu’à retranscrire les sensations vécues là-bas, les émotions ressenties. Ainsi, ces photos que nous pouvons voir sont le résultat de plusieurs heures de travail à essayer de retrouver la magie de ces paysages d’exception. Un certain mystère et une belle poésie se dégagent de ces photos et nous mènent vers un ailleurs lointain. On se perd alors dans ces canyons imposants et ce paysage sans fin.

    Olivier Billon complexifie son travail en superposant des matières à ses photos. Il conjugue ses œuvres avec du métal, des nuages, ou encore du béton ; ce qui donne des textures incroyablement surprenantes et intéressantes. Cette superposition ne nuit en rien à l’image de départ, au contraire. Elle est là pour souligner les contours et les formes, rajouter de la profondeur, donner de la texture et du mystère. On doute alors de la matière, tant certaines photos ressemblent à des peintures. Ce qui nous oblige à nous rapprocher de la photographie, l’observer de près. On a alors envie de la toucher pour comprendre la technique utilisée.

     

    depuis le matin jusqu'au soir.png

    « Depuis le matin jusqu’au soir »

     

     

    J'étais absent.png

    « J’étais absent »

     

    Si sa photo « Depuis le matin jusqu’au soir » donne l’impression d’un travail à l’aquarelle, celle nommée « J’étais absent » nous plonge dans une réalité de terre aride et sablonneuse. Ce qui nous interpelle dans ces séries de photographies, ce sont la multiplicité des couleurs, des contours et des formes. Ainsi, les contrastes de couleurs permettent de faire vibrer les photos. Tandis que grâce aux superpositions de formes, c'est le désert qui prend vie sous nos yeux.

     

    je suis las.png

    « Je suis las »

     

    « Je suis las » semble être un cliché sorti d’un vieux film avec un encadré en noir des couleurs chaudes et des canyons imposants. Ces couleurs ocre, rouge et jaune sont également visibles dans les photographies « Nous n’avons rien trouvé si ce n’est la trace d’un lion », « Qui te possède ? », « Un d’entre eux ».

    L’aspect mystérieux est renforcé par les inscriptions en Tamachek figurant au bas des photos. Les phrases de cette langue Touareg issues d’un ouvrage rédigé par un ancien colonel, permettent de rajouter de la force et du mystère à la photo. On ne peut s’empêcher de s’interroger alors sur le sens de ces phrases et rester contemplatif devant des vues aussi saisissantes.

    Si Olivier Billon s’attache à des émotions ressenties lors de ses voyages dans le désert, Sébastien Castillo, lui, s’épanouît dans un style urbain plus explosif, osé et aux formes géométriques. Dans cette exposition, la photographie est donc la rencontre de deux visions et tempéraments différents. De même que pour les photos d’Olivier Billon, il est impossible de rester indifférent au travail de Sébastien Castillo.

    Bien que ce jeune photographe travaille aussi sur la superposition des clichés et des images, son style est tout autre. Son style audacieux mêle de trois à six, voire sept clichés afin de rendre un travail unique.


     

    Sébastien Castillo 1.png

     

    Les couleurs sont vibrantes, les formes géométriques, les superpositions à la fois improbables et complémentaires. L’artiste mêle des gros plans d’éclaboussures de peintures prises dans des classes d’arts plastiques, des photos prises lors de ses voyages (en Turquie par exemple) et d’expositions. Ne soyez pas surpris de ne pas voir de nom pour ces photos, mais donnez libre place à votre imagination pour les trouver vous-même.

     

     

    la momie.png

     

     

    La photographie de la momie mêle différents clichés pris lors de l’exposition Post-Mortem dédié au rituel mortuaire romain (Lyon) ainsi que des paysages urbains et montagneux. On peut y voir le squelette d’une femme avec son reflet, un gros plan de montagne avec une fracture géométrique. Le mélange d’images et d’espaces contradictoires crée une perspective et une illusion de plan.

     

     

    sainte sophie.png

     

    Le cliché de la montagne est réutilisé de façon inversée dans la photo prise dans l’église Sainte Sophie à Istanbul avec différents individus. Cette réutilisation d’une même image répond à la volonté de l’artiste de donner de la cohérence à un grand ensemble d’images à travers un travail en série. Cette répétition donne une musicalité et du rythme aux différentes œuvres.

    La reprise d’un même motif est aussi là pour représenter différents éléments urbains. Un escalier peut être là en tant que tel ou représenter une roue, un grillage de prison ou une cage de hamster. Tout dépend de la vision de l’artiste et de la façon d’utiliser les clichés et les prises de vue.

    Il y a donc une variation entre des thèmes et des aspects différents ; ce qui laisse place à des croisements de styles inattendus. L’artiste mélange des photos de villes occidentales avec des sculptures mésopotamiennes et permet la rencontre entre un monde oriental antique et un monde occidental urbain ; ce qui rend l’ensemble harmonieux.

    L’harmonie réside également dans le cadrage, les couleurs ou les formes géométriques. Alors que certaines photos sont dominées par des formes rectangulaires ou linéaires, d’autres le sont par des formes rondes.

     

    gare parisienne.png

     

     

    Dans une ambiance urbaine, l’Homme est naturellement présent mais comme effacé, presque invisible, faisant corps avec ce qui l’entoure. L’homme n’est donc pas oublié mais réduit, il est comme dominé. Il semble être dépassé par cet espace.

     

    Behiye ALTAN

     

  • Eve-Marie au Salon internation d'art contemporain

    Pin it!

    Eve-Marie, photographiste

    Oui, vous avez bien lu, Eve-Marie ne fait pas de la photographie mais elle crée des photographismes.

    L’espace, le temps, les 5 sens, tout peut l’inspirer.
    Ses influences : la vie en général et les sensations en particulier.

    Elle crée des images vibrantes, chargées en émotions, sensibilité qu’elle amplifie par un travail graphique.

    Elle nous offre alors cette image pour que nous la fassions notre, que nous la chargions de notre sensibilité, de notre émotion, alors son photographisme fonctionne, il devient un lien, un partage.

    5800—–eye2BIS800signé——arbre bleu


    Eve-Marie sera présente  sur le salon :

    “Place aux artistes”, SALON INTERNATIONAL d’ART CONTEMPORAIN, PARIS,
    Marché Maubert dans le 5ème, sur le boulevard Saint Germain

    samedi 2 octobre : Nocturne dans le cadre de la Nuit Blanche off
    dimanche 3 et lundi 4 octobre : en journée de 11h à 20h

    Vous pouvez retrouver son travail sur www.art-top.eu

  • Sagesse égyptienne et malice du Caire par Boubékeur

    Pin it!

    BoubékeurBoubékeur est un humaniste de l’image. Ses photos, ce sont « des scènes de vie ordinaires », des traces d’un monde qui ne cesse de changer. Si mise en scène il y a, c’est dans l’ensemble de la série qu’on la perçoit. A travers de la série de photos présentée à la galerie Art'et Miss jusqu’au 31 juillet dans le cadre de l’exposition « Photographie, digigraphie, arts numériques », il nous fait découvrir le visage populaire et quotidien du Caire.

    Boubékeur échappe à l’image banale de l’Egypte en en photographiant la routine, l’homme dans son quotidien, des images de tous les jours. A ces images, la photographe ajoute quelques mots. C’est alors que cette routine devient poésie, à l’image de « l’Ame de fer », sous-titrée « D’une main de fer, je prêcherai la non violence… ». La sérénité d’une boutique d’une boutique obscure, le sourire de cetBoubékeur homme qui demande « Alors, tu n’as pas encore compris ? », deviennent des instants emprunts d’Humanité, d’universalité.

    Un monde en mouvement, des gestes simples, de tous les jours, un regard impassible apte à rendre le spectateur songeur. Regarder ces photos, c'est entendre les bribes d'une conversation qui vient du dehos, saisir les bruits de la rue, sentir la chaleur du soleil sur ses épaules. Ce témoignage en noir et blanc est plein d’une sagesse orientale, calme et douce, comme en paix.

    Camille du Plessix

    Retrouvez les photographies de Boubékeur sur le site marchand de la galerie Art’et Miss .

  • Laurent Lacoste et le langage des images

    Pin it!

    Laurent Lacoste

    Fidèle à sa formation de linguiste, lorsqu’il passe derrière l’objectif, ce sont de signes que Laurent Lacoste photographie. Manifestant un vif intérêt pour les arts graphiques, c’est en 2003 qu’il aborde l’univers de tous les possibles qu’est celui de la photographie.

    Les signes linguistiques, par le langage, sont omniprésents dans notre vie de tous les jours. Laurent Lacoste, par la photographie, adopte un langage visuel. Il saisit les signes du quotidien et constitue un « " journal" en images d'impressions visuelles recueillies dans nos univers familiers ». C’est donc le monde qui nous entoure, notre environnement quotidien que Laurent Lacoste immortalise.

    S’il fait preuve d’une certaine dérision, ce n’est pas dans le jugement mais plutôt dans le constat, l’objet qui précède l’analyse ou se suffit à lui-même. Le photographe souligne ainsi « le rapport parfois ironique de l'homme à son environnement ». Profitant des opportunités qu’offre le traitement digital de l’image, il se rapproche de la passion de la peinture et du dessin qui l’anime depuis son enfance. L’objectif n’est pas de modifier ce que l’image elle-même donne à voir, mais plutôt de s’encrer dans « la démarche la plus stricte du photographe qui soumet sa vision plasticienne du réel ».

    A découvrir à la galerie Art’et Miss jusqu’au 31 juillet.

    Camille du Plessix

    Retrouvez les photographies de Laurent Lacoste sur le site marchand de la galerie Art’et Miss .

  • Rêver le monde avec Stéphanie Buret

    Pin it!

    Photographe d’origine suisse, Stéphanie Buret appréhende le monde sous l’angle de la réflexivité. A découvrir à la galerie Art’et Miss , jusqu’au 31 juillet

    Son parcours universitaire en anthropologie fait partie intégrante de son travail photographique. Elle y prend le parti de penser le monde : « il est intéressant de « penser » le cadrage, de « penser » notre observation ». Ce point de vue est révélateur d’une perception de la frontière qui existe entre soi et les autres qu’elle considère comme une réalité à part entière. Ce qui semble intéressant, dans cette démarche, c’est qu’il ne s’agit pas d’une idée figée. Si ces frontières, tant ethniques que personnelles sont des réalités, alors pourquoi ne pas les déconstruire ? Pourquoi ne pas construire une autre réalité ? Difficile, direz-vous ? Peut-être pas tant que cela, si comme Stéphanie Buret, nous choisissons de poser une autre regard sur la réalité.

    Stéphanie Buret

    Un monde en mouvement, donc. Où les frontières changent, sont malléables au gré d’un vécu personnel. C’est finalement cette expérience propre à chacun qui détermine le « cadrage » : « le cadre se définit en fonction d’un intérieur et d’un extérieur, sans cesse à reformuler ». Stéphanie Buret propose donc de porter un regard sur le monde impliquant un retour sur soi, une lecture vouée à interprétations.

    Stéphanie Buret semble mener une recherche, une quête identitaire et culturelle. Ainsi, pour ce connaître, pour connaître l’autre, elle voyage. L’Australie tout d’abord, puis Madagascar et Hong-Kong où elle développe ses connaissances en matière de photographie. Là encore, il est question de point de vue, de cadrage : « L’identité culturelle est toujours la résultante de l’identification qu’on se voit imposer par d’autres et de celle qu’on affirme soi-même. Elle se construit, se déconstruit et se reconstruit selon les situations. » Une manière d’aborder la notion de structure, élément essentiel du travail de l’artiste. En effet, pour elle, l’objet est structure, il est un « héritage de l’identité socioculturelle ».

    Structure, frontière, furtivité du monde. La photographe crée une emphase par l’effet de série qui « invite à la construction d’unités colorées et striées photographiées, dépendantes ni par la forme ni par la culture, ni par leur position, les unes des autres. ». Les photographies de Stéphanie Buret, tout particulièrement vues en série donnent l’impression d’être embarqué dans un tourbillon multi-culturel.

     

    Camille du Plessix.

     

    Retrouvez les oeuvres de Stéphanie Buret sur le nouveau site marchand de la galerie Art’et Miss .

  • Lumière et nature... la valée de la Brévine vue par Jean-Bernard Vuille

    Pin it!

    Plaines et paysages au travers des saisons, les photos de Jean Bernard Vuille captent la nature dans son caractère unique et éphémère.

    invitation_jean-bernard_vuille.1246544434.jpg

    C. du Plessix

  • Paris en bichromie par Fabrice Quignette

    Pin it!

    Fabrice Quignette est un observateur. Il accroche l'oeil par le détail... et la couleur.

    fabrice.1246544979.jpg

    C. du Plessix

  • Le monde dans le mouvement de Stéphanie Buret

    Pin it!

    Que les images de stéphanie Buret soient proche ou loin de nous, c'est à chaque fois une invitation au voyage qu'elle propose.

    invitation_stephanie_buret.1246545350.jpg

    C. du Plessix

  • Le langage de la réalité par Pierre Laurent Lacoste

    Pin it!

    En linguiste, Pierre Laurent Lacoste nous fait redécouvrir le langage de notre quotidien

    invitation_pierre-laurent_lacoste.1246545660.jpg

    C. du Plessix

  • Voyage au coeur de l'Egypte moderne avec Boubékeur

    Pin it!

    L'Egypte telle qu'on ne la connait pas ou peu... à la recherche de la sagesse? du bonheur?
    invitation_boubekeur.1246546958.jpg

    C. du Plessix

  • "Photographie, digigraphie, arts numériques" à découvrir à la galerie Art'et Miss

    Pin it!

    Depuis que Niépce et Daguerre ont développé la technique photographique, ils s’en sont passées des choses… La photographie, tout d’abord instrument scientifique, est devenue peu à peu art.

    Et puis, la technologie, a fait son travail… aujourd’hui, le progrès technique se met au service de l’art. On parle désormais d’art numérique, de digigraphie, procédé de reproduction mis en place par Epson.

    Ce sont ces techniques, ces innovation, ces procédés qui font prendre à l’Art un nouveau tournant que la galerie Art’et Miss se propose de vous faire découvrir. A découvrir par mi d’autres, Hélène Donadieu et ses collages digigaphiés, Stéphanie Buret, qui met la photo en mouvement ou encore, les paysages de Jean-Bernard Vuille…

     

    L’exposition « Photographie, digigraphie, arts numériques » aura lieu du 2 au 31 juillet 2009, le vernissage, le 4 juillet débutera à 18h.

    C. du Plessix

    Stéphanie Buret

     

     

    Galerie Art' et Miss

    Dominique Rémond

    14 rue Sainte Anastase 75003 Paris

    Tél : 01 42 71 79 07

    Web : www.artetmiss.fr

    E-commerce : www.artetmiss.eu

    e-mail : artetmiss@free.fr

  • Sculptures,photos et jazz à Crest

    Pin it!

     33ème édition du Crest Jazz vocal.
    faby04.1217937238.jpg

     

     

    Une bonne occasion pour découvrir Crest et l'exposition des dernières création d'une sculptrice et d'une photographe.
    Fabienne Petit et Myriam Filleton sont à la Galerie Girouette,13 rue Maurice Long,pendant tout le mois d'aout pour vous faire partager leurs émotions à travers univers.
    La douceur des bronzes de Fabienne alliée aux images de Myriam donne un relief à cette expo qu' il serait dommage de rater.

  • Pierre-Louis BANCAL, Photographe

    Pin it!

    Pierre-Louis BANCAL, photographe, s'est spécialisé dans la photographie de spectacle et plus particulièrement de danse. Il fait ressortir à merveille les ambiances chaudes du Flamenco, les tensions des danseurs et leur concentration. Dernièrement il étend son registre à la danse contemporaine et nous dévoile des photographies d'une grande intensité.

    1257308293.jpg

     

     

     

     

    "Le cri" Mercedes RUIZ - Grande danseuse flamenco, photo prise en mars 2006 au théâtre de Grasse.

  • Vincent B.

    Pin it!

    38925817.jpg

     

     

    Vincent B. est surtout connu pour son "art de la fresque". Il s'inspire de techniques ancestrales, créer des fresques à la chaux, décors uniques caractéristiques de l'antiquité et des civilisations méditerranéennes.
    Il a, entre autre, restauré l'Abbaye de Senanque, fait de nombreux décors muraux chez des particuliers et réalisé des trompes-l'oeil de façades.
    Mais il réalise également des toiles originales, en utilisant des techniques mixtes, dans un grand respect de l'écologie.

    Voici une des toiles exposées à la galerie Art' et Miss : Zebra

     

  • Un duo...photos et sculptures

    Pin it!

    Patrick Nitaro et Myriam Rueff

    “Le projet est né au cours d’un voyage à Deux en Italie où nous cherchions des situations faisant apparaître “Deux” : le duo, la paire, l’opposition, la fusion…

    Certaines fois, le Deux s’est  révélé comme une évidence, d’autres fois il a fait se confronter nos conceptions, nos sensibilités. L’idée d’associer photos et sculptures a pris corps. Les photos ont fait émerger une image réelle de Deux, captée par le regard du photographe et les sculptures ont répondu à ces images en livrant une trace, une emprunte, une poursuite laissée par la matière.

    Voici quelques exemples de correspondance autour du “Deux”

    rueff03.1217514026.jpg          Bonjour!        nitaro11.1217514070.jpg

    nitaro12.1217514083.jpg Patrick Nitaro et Myriam Rueff rueff02.1217513962.jpg

    nitaro02.1217514048.jpg    photographie et sculpture    rueff05.1217513996.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu